Découvrez notre boutique Aventurieux!

Éducation

Un pôle jeunesse à Largentière


De nombreuses communes de France cherchent à se réinventer pour attirer les populations. C’est le cas de Largentière, petite commune ardéchoise qui a décidé de construire un pôle jeunesse. Aventurieux vous raconte comment les villages attirent la jeunesse.

Lors de notre tour de France, nous avons posé quelques jours nos valises à Largentière, petite bourgade d’un peu moins de 2 000 habitants. Il s’agit de la deuxième plus petite sous-préfecture de France. Alors quand Jacques, habitant du village, nous a parlé de la construction d’un pôle jeunesse, on s’est dit qu’on allait creuser le sujet pour vous.

Les petites communes attirent à nouveau

Le problème des petites communes en France, c’est qu’elles ne sont pas pratiques. Il faut faire des kilomètres pour aller faire ses courses et son plein d’essence, on ne peut pas toujours aller boire un verre entre amis après le boulot ou pendant le week-end… et ça c’est quand même très embêtant pour les jeunes. Et les problèmes s’aggravent quand il s’agit de faciliter la vie des jeunes parents. Les crèches sont peu nombreuses, les écoles ferment : bref c’est un système complexe.

Mais depuis quelques années, les jeunes en ont marre des grandes villes. Selon une étude de l’INSEE, ils seraient même de plus en plus nombreux à s’installer à la campagne. Et ça, les mairies en ont conscience. C’est pourquoi la plupart d’entre elles essayent de mettre en place des systèmes pour faciliter le quotidien de ces nouveaux habitants.

Un complexe qui s’inscrit dans l’actualité

En Ardèche, 11 communes se sont associées pour financer le pôle jeunesse. L’idée étant de proposer un lieu de prise en charge extrascolaire pour les mineurs. Quatre services seront donc abrités par le pôle, allant de la crèche, au relais d’assistantes maternelles en passant par le centre de loisirs et un lieu d’accueil parents-enfants. Objectif : maintenir une dynamique de territoire. On vous explique : si les jeunes restent dans le village, l’activité économique va s’accroître. C’est donc un cercle vertueux. De quoi accueillir, prochainement peut-être, de nouveaux habitants ?

Pour réaliser ce complexe, la communauté de communes Val de Lignes a choisi un bâtiment déjà existant. Il s’agit d’une école du XIXè siècle en voie d’être réhabilitée. Une façon de faire renaître le patrimoine de la commune ?

Articles similaires
Éducation

Les Ikastolak, des écoles pour sauver l’Euskarra

Éducation

Quatre Légendes du Folklore Basque

Éducation

Education alternative religieuse dans la campagne basque

Éducation

La Galerie de l'Évolution : musée du XXIè siècle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *