Place de la femme

Coco Chanel, ses débuts au Pays Basque

Si je vous dit que l’histoire de Coco Chanel et le Pays Basque sont liés, vous en serez surpris ? Et bien figurez-vous que la côte a beaucoup inspiré la célèbre styliste. Aventurieux vous raconte aujourd’hui comment la grande Coco a réussi à émanciper les femmes de Biarritz.

Gabrielle Chasnel, tout le monde la connaît sous le nom de coco Chanel. Et pourtant peu de personnes savent que le Pays Basque a été pour elle une vraie source d’inspiration. Lorsqu’elle découvre cette région du sud-ouest, Coco prend conscience que l’on peut s’habiller simplement, tout en gardant une certaine élégance. Il lui vient alors une idée : introduire dans la mode des symboles du vestiaire populaire.

Jeune et créative

Déjà petite, Gabrielle apprenait la couture auprès de sa tante à Biarritz. Ce fut la naissance d’une passion dévorante. Voyant que la future Coco était très habile de ses mains, sa tante l’amène au Refuge d’Anglet. Les Servantes de Marie, des religieuses, lui apprennent la broderie. C’est grâce à ces cours que Gabrielle brodera par la suite de nombreuses robes longues.

Plus tard, elle découvre à Pau l’univers équestre. Au début, elle conduit des étalons à l’entraînement. Mais peu à peu, elle se rend compte que les vêtements des femmes ne sont absolument pas adaptés pour monter à cheval. 

Elle décide alors de changer les choses. Elle prend les vestes des lads et les adapte aux formes féminines. D’ailleurs, ce n’est pas la seule chose qui l’inspire sur les champs de course. Si je vous parle des carreaux des vestes de jockey, ça vous rappelle quelque chose ? Eh oui ! Elle les mettra 50 ans plus tard sur ses sacs (vous savez le motif matelassé). 

Une source d’inspiration

Coco ouvre sa première maison de couture à Biarritz. Ce cadre l’inspire. Son atelier se situe face à la mer, aux rochers et à la végétation verdoyante de la ville. Des couleurs sable, des verts proches de l’amaris, des vieux roses qui rappellent les fleurs que l’on peut admirer sur la côte. 

Le bleu devient une couleur toute particulière. Gabrielle Chasnel et son petit ami prennent leurs quartiers à l’Hôtel du Palais et regardent pendant des heures les marées monter et descendre.

De la balade à la création

Gabrielle a l’habitude d’aller voir les baigneurs sur la Plage du port vieux. Plus petite et moins touristique que la Grande Plage ou la Côte des Basques. Un jour elle remarque qu’en 1915 seuls Les hommes nagent, les femmes restent au bord de l’eau et gardent les enfants. Coco a des rêves d’émancipation, d’autonomie. 

Elle crée alors des maillots de bain courts, dénude les bras et les épaules. Elle crée aussi un pantalon taille haute très large comme sortie de bain. Grâce à elle, les femmes de Biarritz entrent dans un siècle nouveau d’émancipation.

Anoblir les choses simples

Gabrielle Chasnel vient d’un milieu plutôt pauvre, et toute sa vie, elle cherchera rendre les petites choses luxueuses. Elle marche souvent sur la promenade du littoral et va au port des pêcheurs, où se trouvent des petites cabanes : les Crampottes. 

Là, elle remarque que les pêcheurs sont habillés de marinières en jersey, héritage de leur service au sein de la marine nationale. C’est ainsi qu’elle aura l’idée de créer sa célèbre marinière Chanel.

Elle aime par ailleurs assister aux parties de pelote à Cambo-les-Bains, en espadrilles, admire les pelotaris et remarque le béret qu’ils portent pour jouer. Il faut savoir que Chanel était à l’origine un atelier de chapeaux. Suite à ces parties de pelote, Gabrielle se décide à confectionner des bérets. Son objectif est d’en faire un accessoire de luxe.

Toute sa vie, Gabrielle Chasnel veut rendre leur unicité et leur noblesse aux plus petites choses. Jamais elle n’oubliera qu’elle vient d’un milieu pauvre. Mais toujours, elle s’en servira pour créer un univers unique, en rapport avec son quotidien.

Articles similaires
Place de la femme

Jeanne d’Albret, femme de pouvoir au Pays Basque

Place de la femme

Femmes et bertsolaris

Place de la femme

Marie Angélique, première femme des Invalides

Place de la femme

Virginia de Castiglione

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *