Nouveau: Découvrez nos box Aventurieux!

ÉducationPlace de la femme

Quand une femme tient les rênes de l’écurie

Les écuries de Faustine, c’est le rêve de Ludivine Carreton. Camarguaise et fille de manadière, elle a toujours évolué dans l’univers des chevaux et taureaux. Aujourd’hui, elle enseigne la monte camargue dans son centre équestre.

Le Camargue, un cheval unique

Lorsque vous êtes néophyte en équitation, et que vous verrez un cheval Camargue, vous direz (comme moi) “oh ! Il est beau ce cheval blanc !”. Vous vous imaginerez devenir ami avec lui comme dans la série de notre enfance “Grand Galop”. Eh bien… J’ai le regret de vous dire que ce ne sera qu’un doux rêve…

Le Camargue est un cheval libre. Un cheval qui n’a pas besoin de l’homme pour survivre. D’ailleurs dans la plupart des élevages, comme celui de Ludivine Carreton, le Camargue est en liberté. Il a suffisamment de nourriture avec l’herbe qu’il trouve, et il s’adapte très bien aux changements de température.

Le Camargue serait l’une des plus anciennes races de chevaux.

Si l’on pense que le cheval Camargue est blanc, ce n’est en réalité pas le cas. Car pour qu’un cheval soit caractérisé de blanc, il faut que sa peau soit rose. Or, la peau du Camargue est grise ! D’ailleurs quand il naît, il est plutôt marron. Ce n’est que vers l’âge de 5 ou 6 ans qu’il obtient cette robe en apparence blanche.

Le Camargue serait considéré aujourd’hui comme l’une des plus vieilles races de cheval du monde. D’ailleurs Ludivine donne des cours pour apprendre aux jeunes la monte Camargue.

Des jeux pour apprendre

La monte Camargue est particulière. Tout d’abord par le matériel utilisé. Cela passe par une selle profonde au lieu d’une selle plate, ce qui permet d’être bien calé en cas de changement de direction soudain. Autre spécificité, les rênes se tiennent à une main. Par ailleurs les étriers sont fermés, ce qui empêcherait les pieds de se bloquer en cas de chute.

Toutes ces spécificités, Ludivine Carreton a décidé de les apprendre à ses élèves via des jeux ludiques. Apprendre à encercler un cheval sauvage, faire des éperviers pour gérer sa vitesse et apprendre les brusques changements de direction, exécuter le jeu du bouquet pour être obligé de tenir la bride à une main.

Et cela fonctionne ! Avec ses élèves, elle a réussi à monter en 2016 un spectacle équestre pour le réputé Gala des Crinières d’Or. Cela a tellement bien marché que désormais, chaque année elle monte un spectacle avec un groupe d’élèves. Un régal pour les yeux.

Articles similaires
Éducation

Les Ikastolak, des écoles pour sauver l’Euskarra

Place de la femme

Les vêtements féminins dans la tradition basque

Éducation

Quatre légendes Basques

Place de la femme

L'eresiak, un chant pour et par des femmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *