Découvrez notre boutique Aventurieux!

Visites

Les fortifications Vauban (de Bayonne)

Entrée des fortifications de Bayonne

Qui était Vauban (1633-1707) ? 

De son nom complet Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban, cet ingénieur et architecte militaire a posé sa patte sur de nombreuses fortifications à travers la France. 

Il s’engage tôt dans une carrière militaire et se fait repérer très jeune. Alors qu’il n’a que 19 ans, le Cardinal Mazarin lui propose de travailler directement pour le roi. 
Il devient alors commissaire des fortifications pendant le règne de Louis XIV et aménage, au cours de sa vie, près de 160 forteresses. 

Si ses forteresses sont d’une efficacité redoutable c’est grâce à son expérience de militaire. Il met au point une technique infallible pour prendre les villes et les places fortes. Ce qui lui permet d’améliorer ses propres forteresses puis sa technique de combat et ainsi de suite. 

Les fortifications de Vauban

Les fortifications sous forme de bastion font leur apparition en réponse à une nouvelle arme, ou plutôt un nouveau projectile à savoir les boulets de canon en métal. On vient donc remplacer les murs en pierre des châteaux forts par des murs de terre maintenu en place, même en cas de grosse pluie, par un mur de pierre. Le mur de terre encaisse le choc et freine le boulet de canon rendant ainsi la percée des murs quasi impossible. 

Vauban, lui, améliore les dispositifs défensifs pré-existant en utilisant au mieux chaque invention militaire. On retrouve une forme similaire dans toutes les forteresses où Vauban est intervenue. Les citadelles en forme d’étoile se multiplient sur le territoire. 

Bayonne, plan non daté, Krigsarkivet, Stockholm.
Bayonne, plan non daté, Krigsarkivet, Stockholm.

Vauban aménage également ce que l’on appelle le glacis. C’est un amenagement de terrain en pente douce hors des murs et au delà du fossé qui empêchait aux ennemis en approches de voir le dit fossé et aussi la hauteur du mur d’enceinte. Depuis le glacis, la prise de la forteresse semblait aisée avec un petit mur de 2 ou 3 m de haut maximum. Mais ce n’est qu’une fois au bord du glacis que l’on voit en fait la réelle hauteur du mur à franchir. 

Par ailleurs, entre le fossé et le glacis se trouve le chemin couvert. On y postait des soldats avec des mousquet d’une portée de tir de 200 m. Ce chemin couvert est plus bas que le niveau du sol du glacis mais beaucoup plus haut que le niveau du sol du fossé. Être en contrebas du glacis permettait aux soldats d’être caché tout en ayant une vue dégagée sur l’ennemi en approche. 

Le Chemin couvert porte ce nom car de l’autre côté du fossé, en haut des remparts de la forteresse, se trouvait des canons qui était dirigé directement sur l’ennemi en approche et passait au dessus des soldats aux mousquet. Les canons permettent aux bastions de se défendre les uns les autres. En effet, la forme des bastions permet d’éliminer tout les angles morts. En effet, un bastion voit son côté droit couvert par le bastion situé à sa droite pendant que lui-même défend la gauche de cette autre bastion. Le premier bastion voit son côté gauche défendu par le canon situé sur le bastion à sa gauche et protège la droite de cet autre bastion. 

Le plus souvent, si le terrain le permet, la forteresse Vauban ressemble à un pentagone ou une étoile. À chaque angle on retrouve un bastion. Les bastions sont reliés par un mur d’enceinte appelé courtine. Ces courtines sont protégées par ce que l’on appelle des demi-lunes dans le jargon de Vauban. Il s’agit plutôt d’un triangle, qui reprend la forme des bastions. On y place également des soldats armés d’un mousquet.

On retrouve des fortifications de Vauban le long des frontières françaises mais aussi sur la côte Atlantique car à l’époque les anglais et les hollandais attaquaient par la côte atlantique.

Bayonne : un peu d’histoire
Ve siècle : construction d’un castrum romain
XIIe siècle : Bayonne appartient aux anglais
1451 : Bayonne redevient française
1456 : Construction du “Château-Neuf”
1512-1550 : Travaux de modernisation et de remplacements des fortifications obsolètes.
1599 : construction de bastions casematés

Vauban à Bayonne

C’est en 1680 que Vauban intervient sur les fortifications bayonnaises. Il ajoute une citadelle sur l’autre rive de l’Adour. La citadelle qui y est construite est un bâtiment carré entouré de 4 bastions et 3 demi-lunes. 
Les anciennes fortifications sont également réamenagées et il est alors impossible pour des ennemis de remonter l’Adour Saint se retrouver dans les tirs croisés des canons. 

L’office de Tourisme de la ville propose 2 parcours en visite guidée (un petit et un grand tour) pour découvrir les fortifications de Bayonne.


Articles similaires
Visites

Une visite dans le coeur historique du Médoc

Visites

L'histoire de Saint-Émilion

Visites

L'histoire du Jardin Public de Bordeaux

Visites

La Bataille de Castillon, point final de la Guerre de Cent Ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *