Découvrez notre boutique Aventurieux!

Place de la femme

Reine d’Arles : un rêve de petite fille

Vous ne le savez peut-être pas, mais tous les trois ans depuis 1930 a lieu l’élection de la reine d’Arles et de ses demoiselles d’honneur. Une tradition qui se perpétue encore aujourd’hui et qu’Aventurieux vous raconte.

“Reine d’Arles”… c’est un titre convoité par des dizaines de jeunes filles, officiellement depuis 1930. Loin d’être un énième concours de beauté, il s’agit d’élire la représentante de la culture provençale pour trois ans. C’est pourquoi les candidates doivent passer des épreuves de littérature, d’histoire, d’architecture, d’arts, des traditions et de la langue provençale.

Une élection codifiée

Pour représenter Arles et la provence, la candidate à l’élection doit répondre à plusieurs critères. Ce doit être une jeune femme âgée de 18 à 24 ans. Eh oui “La jeunesse est un art” disait Oscar Wilde. Elle donne ainsi accès à certains privilèges… Mais il ne suffit pas d’être jouvencelle pour pouvoir prétendre au titre de reine !

Il faut aussi savoir parler provençal et connaître parfaitement les traditions de la ville d’Arles. En quelques sortes, pendant trois ans, la reine sera ambassadrice des us et coutumes de la ville. C’est bien pour cela qu’elle doit les connaître sur le bout des doigts !

Autre petit détail. Pour pouvoir prétendre au titre de reine d’Arles, il ne faut pas être ou avoir été mariée, ni avoir d’enfants. Exit donc les jeunes filles qui ne peuvent pas se consacrer à 100% à leur mission.

Pour autant, il faut savoir que la reine et ses demoiselles d’honneur jouissent d’une certaine modernité ! En effet, pendant leur règne elles ont le droit de continuer leurs études et de travailler. Des femmes modernes qui n’en oublient pas pour autant la tradition de leur région, c’est exactement ce que nous cherchons chez Aventurieux.

Une tradition qui séduit les plus grands

Naïs Lebros est la 23ème Reine d’Arles jusqu’en 2020. Elle a assisté à de nombreuses manifestations en Camargue afin d’en promouvoir la culture. D’ailleurs, à l’occasion de l’une d’elle, un créateur de la maison Gucci était présent. Prenant la reine et ses demoiselles d’honneur à part, il leur aurait glissé ces quelques mots : “Quand je vous vois, j’admire vos costumes”.

Une phrase surprenante de la part de l’un des plus grand créateur de mode, qui côtoie sans doute les plus grands stylistes et couturiers du monde. Et c’est probablement cela que les Français ont tendance à oublier aujourd’hui. Les traditions de nos régions sont riches. Et il est grand temps de se rendre compte que tradition peut aussi rimer avec modernité !

Articles similaires
Place de la femme

Les vêtements féminins dans la tradition basque

Place de la femme

L'eresiak, un chant pour et par des femmes

Place de la femme

Les hirondelles, petites mains des espadrilles

Place de la femme

Le Couvent des Bernardines : refuge pour prostituées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *